vendredi 2 février 2018

Vivant Roland Fuentès


Merci aux éditions Syros de cette découverte.

Sept étudiants passent leurs vacances ensemble. L'un d'eux invite un nouvel ami, inconnu du groupe, Elias, qui cristallise aussitôt tous les regards. Nul n'aurait pu prévoir que le séjour entre potes qui s'annonçait si bien –; sport, révisions, détente – tournerait en un combat à la vie, à la mort. À moins que la haine de " l'autre " n'ait été là, en germe, dès le premier instant.

Un roman aux multiples messages et beaucoup de sagesse.

Un groupe de jeunes décide de passer des vacances sportives et studieuses. Mais voilà Lucas invite un inconnu Elias.

Ce roman nous narre une course-poursuite à la vie, à la mort entre Mattéo et Elias.
Le récit nous est raconté par les observateurs (le reste du groupe d'amis) de cette course. Ils nous expliquent comment on en est arrivé là, la cause profonde de cette course.

Quand je dis plus haut, un roman aux multiples messages, c'est que l'on ressent, on se questionne sur beaucoup de choses en lisant cette histoire. Il y a la peur de l'autre, la rivalité, la méconnaissance de l'autre, les aprioris , le défi, le dépassement de soi, la rage d’être le meilleur, l'incompréhension, l'amitié, la découverte d'un mode de pensées différent et plus encore.

Il est difficile de décrire ce roman. L'auteur en fait quelque chose d'addictif, d'exaltant et surtout il a une approche originale des points évoqués ici. Il nous fait nous poser beaucoup de questions et on lit ce roman un nœud au ventre.

Un roman, une course-poursuite, un récit dur, original sur la différence.


4 commentaires:

  1. Ca a l'air d'être un roman très intéressant avec des thèmes qui donnent envie !

    RépondreSupprimer
  2. Oh, mais ça m'a l'air génial, merci beaucoup pour la découverte ma belle !

    RépondreSupprimer
  3. Ah ben voilà je l'ai trouvé ton avis ^^, je suis d'accord avec toi, lorsque tu dis qu'il est addictif, on se demande bien comment tout cela va finir. On m'a récemment fait remarquer qu'il était dommage qu'on est pas le point de vu d'Elias, qu'en penses tu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas ressenti de manque pour ce qui est du point de vue d'Elias. Au contraire, le roman est plus profond de cette manière, je trouve, Elias garde son aura de mystère et intrigante une grande partie du roman. C'est aussi là que je joue le côté addictif du roman.

      Supprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!