samedi 16 janvier 2016

Rebels tome 1 Aspi Deth


Merci à l'auteur pour cette belle découverte.

Afin de lutter contre la politique discriminatoire de son pays, Enora décide d'intégrer la célèbre Sélection. 
Sa mission consistera à séduire le partenaire qui lui sera attribué afin de procurer des informations confidentielles au groupe de résistants auquel elle appartient secrètement. 
Mais lorsqu'elle revoit Aldon après plusieurs années, c'est contre ses propres sentiments qu'elle devra lutter. 

De son côté, Vigdis, modératrice de #Rebels, réseau social de la résistance, va devoir décider de son degré d'implication dans cette guerre qui s'annonce, quitte à mettre en danger les personnes qui lui sont chères. 
WE ARE #REBELS.



Je découvre ici Aspi Deth dans un autre genre : la dystopie. C'est une belle réussite.

L'idée de départ : un réseau social appelé Rebels (tout est dit!) dans un monde souffrant de surpopulation, où les ressources diminuent avec un gouvernement prenant des mesures drastiques, est excellente.
On est  dans une dystopie se déroulant dans un futur proche de nous, il pourrait être le nôtre.

Le prologue, la page d'accueil du site Rebels, nous met l'eau à la bouche. On a envie de connaître ce monde.
On est très vite pris dans le récit , dans les aventures d'Eonora d'un côté et celle de Vigbis de l'autre. Deux femmes différentes, le même combat, elles veulent la même chose  : un monde plus égalitaire.
Eonora est timide, courageuse. Vigbis est téméraire, volontaire, une résistante pure et dure.

J'ai trouvé ce roman très prenant. On sent derrière ce récit, des idées, des thèmes qui tiennent à coeur l'auteur, une implication , une envie de passer un message, de nous montrer une évolution sombre de notre société, un futur réaliste. On sent que l'on pourrait toucher du bout du doigt un tel avenir si on ne fait pas attention.

J'ai hâte de découvrir la suite. L'auteur nous laisse avec une fin sombre, complexe , qui ouvre sur de nombreuses questions.



Le jeu de l'ange Carlos Ruiz Zafon


" Je t'emmènerai dans un endroit secret où les livres ne meurent jamais et où personne ne peut les détruire... " 

Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l'offre inespérée d'un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n'en a jamais existé, " une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d'être tués ", en échange d'une fortune et, peut-être, de beaucoup plus.
Mais du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu'il aime le plus au monde. En monnayant son talent d'écrivain, David aurait-il vendu son âme au diable ?
Pour reprendre sa liberté et sauver la femme qu'il aime, David puise ses forces dans la Barcelone envoûtante du Cimetière des livres oubliés, où se côtoient des êtres abandonnés de l'humanité mais aussi des personnages attachants, uniques, puissants, à l'image de ceux qui ont fait deL'Ombre du vent un immense succès international.



Du côté de l'écoute :

La lecture de Frédérique Meaux est vivante, entraînante. Dès les premières lignes, il nous fait apprécier David. De plus, le récit étant à la première personne , j'ai trouvé que Frédéric Meaux était très bien rentré dans la peau du personnage.


Du côté du récit :

Il y a longtemps que je voulais découvrir cet auteur. Je suis enchantée de cette lecture (écoute).
Je suis tombée sous le charme du style de l'auteur dès les premières vocalises et au fil des pages de sa façon de construire son intrigue.
Il a un truc bien à lui pour nous narrer l'histoire de David entre réalité , paranormal ou folie. On a du mal à faire la distinction de ce qui est réel et ce qui ne l'ai pas. Le paranormal fait corps ici avec le reste du récit. Les choses étranges qui se produisent semblent aller de soi , c'est très bien fait.
A aucun moment, on met en doute la raison de David et pourtant ce serait le plus logique.
De plus, la lecture de Frédérique Meaux a su prendre la mesure de ce sentiment.

Je suis en train d'écouter Le prisonnier du ciel , je le trouve encore meilleur et surprenant que celui ci que j'ai adoré.

vendredi 15 janvier 2016

Si c'est la fin du monde Tommy Wallach


Merci aux éditions Nathan de cette lecture.


Alors que la fin de la terminale approche pour Peter, Anita, Andy et Eliza, une météorite apparaît dans le ciel : elle a deux chances sur trois de percuter et faire exploser la Terre deux mois plus tard. Tout à coup, l'avenir n'a plus la même importance... L'anarchie s'installe peu à peu : violence et pillages se multiplient, beaucoup arrêtent de travailler, la nourriture commence à manquer. Les quatre adolescents doivent décider maintenant ce qu'ils feront du reste de leur vie, et peut-être, paradoxalement, en profiter pour être enfin libres et heureux, même pour peu de temps... 

Je ne sais pas trop quoi penser de ce roman.
J'ai aimé le style, la plume de l'auteur, les personnages. Je reste sur ma faim au niveau du récit. Je ne m'attendais pas du tout à ce que le thème soit aborder de cette façon.

Le roman est un peu long à démarrer, une centaine de pages pour rentrer dans le vif du sujet.
Le début est la mise en place des quatre personnages que l'on suit. Ils sont attachants, un peu stéréotypés : le populaire, l'intello, le je-m’en-foutiste et la fille à la réputation salie. J'ai bien aimé ces quatre personnages. Ils vont réagir chacun à leur façon.

Du côté du récit, je m’attendais pas à ce genre d'histoires. Il y a ici un côté "je profite" à fond qui m'a un peu gêné. C'est compréhensible, vu que la fin du monde est dans deux mois. C'est la façon dont s'est présentée qui ne m'a pas plu. On a plus l'impression que toutes les tares de la société ressortent plus que l'envie de vivre de belles choses. Ce parti pris est parfaitement plausible et donne un côté stressant au récit bien réussi.

Globalement , les idées sont bien trouvées et amène à la réflexion mais je trouve que tout est survolé. Il m'a manqué un peu plus de profondeur. Au final, j'ai eu l'impression de lire un livre sur la vie d'un lycée et non sur la fin du monde.

Un roman dont j'attendais plus, il atteint l'objectif de nous faire réfléchir sur nos choix, notre société ...


La guerrière d'Argalone tome 3 Un combat difficile Frédérique Arnould


Merci aux éditions Artalys de cette lecture.

Alexia a sauvé Tomas des griffes du Grahir et s’est réfugiée à Spéro grâce à ses pouvoirs magiques. Elle y retrouve monsieur Hary, Kévin, Fallia et Léona. Mais le prince William et ses compagnons sont restés aux mains de l’ennemi. Le royaume d’Argalone est ainsi privé de son prince héritier.
Cependant, Spéro se trouve sur le territoire de Dorduine, si bien qu’Alexia et ses amis ne sont pas en sécurité. Après avoir échappé à un encerclement de l’armée noire, ils s’efforcent de regagner leur pays.

Des dangers mortels les attendent, ainsi qu’une rencontre inattendue qui va tout changer. Et c’est plus forte, mais non moins terrifiée, qu’Alexia se lance dans son dernier combat contre Grahir.


Un troisième tome qui me laisse un étrange sentiment, je n'ai pas retrouvé le rythme des deux premiers ni le style de l'auteur.
La plume de l'auteur s'est allégée, elle est un brin plus jeunesse plus fluide. Ce point se ressent sur Alexia et que j'ai trouvé moins mature que dans les deux précédents opus. Ce point fait aussi que la lecture est plus rapide et c'est très agréable.

Le rythme de l'histoire est aussi plus lent surtout dans la première partie de ce tome. Le début du roman est dans la romance et les rivalités, il y a peu d'actions.
Aux alentours de la moitié, les choses s’accélèrent et prennent un bon rythme. Des révélations arrivent.
L'univers, la magie d'Alexia s'enrichissent encore dans ce tome.
Le côté boudeur de Tomas m'a un peu agacé ainsi que pour Maxi son côté frondeur envers Tomas.

Un troisième tome mitigé pour moi, je m'attendais à plus de rebondissements au départ. La seconde partie est plus prenante avec des révélations, de l'action. Il m'a manqué un petit quelque chose pour être entièrement satisfaite de la fin.


jeudi 14 janvier 2016

30 ans déjà



Un article , un peu différent aujourd’hui , sur un homme, un chanteur disparu trop tôt.



En ce début d'année 2016, les médias parlent beaucoup de lui. J'ai eu envie de faire un article ici sur ce chanteur engagé qui a bercé mon adolescence par ses chansons , ses propos et son engagement.

Lors de sa disparition , j'étais en troisième. Je me souviens de ce jour, de nos discussions avec les copines , de notre chagrin , de notre incompréhension face à ce drame.
Je me souviens des discussions en famille sur ses paroles.
L'Aziza était dans tous les hits parades : une magnifique chanson avec un message d'amour et de paix.



Ces derniers jours en écoutant, en voyant les différents reportages, les souvenirs remontent à la surface. Et je me dis c'est pas croyable  en 30 ans rien n'a changé.  Ses propos sont toujours à l'ordre du jour , ses chansons et leurs messages sont toujours d'actualités.
Si Daniel Balavoine (et Coluche) était là aujourd'hui, il serait sûrement un des premiers à monter au créneau et continuerait à sa façon à essayer de faire bouger les choses.

Voilà, je voulez partager avec vous ses quelques mots sur ce chanteur qui est toujours là par sa musique, par ses propos toujours d'actualité.



Je partage avec vous, l'hommage de Jean-Jacques Goldman quelques jours après sa disparition, celui de France Gall et Michel Berger quelques mois plus tard et bien sûr ma chanson préférée de Daniel Balavoine Mon fils, ma bataille ainsi que L'Aziza.



Pour les plus jeunes , je vous conseilles cette émission de France 2  pour bien comprendre le personnage, le contexte.

http://pluzz.francetv.fr/videos/13h15_le_samedi_,133770337.html

Et vous quelle est votre chanson préférée de l'artiste? Quels sont vos souvenirs? 


Un coeur pour deux Emmanuel Mateï



Merci à Angel éditions de cette belle lecture.

Daniel est un jeune français expatrié à New York. Juriste trentenaire, il travaille pour l’ONU.

Après plusieurs déboires amoureux et suite à une énième déception, il décide de réaliser une introspection auprès d’une psychologue qui l'amènera à se redécouvrir et à faire de nouvelles rencontres. 

Une femme en particulier va changer sa vie...



Un roman étonnant, à la moitié du livre, je n'aurai pas pensé lire, vivre une telle fin.

On est dans la tête de Daniel, jeune homme de 30 ans. On suit son introspection sur sa vie amoureuse. Il analyse ses relations avec les femmes. On découvre une âme en peine qui a subi de nombreux déboires amoureux.
C'est étrange et original d'avoir accès à ce point aux sentiments d'un homme. J'ai beaucoup apprécié d'avoir le récit du point de vue de Daniel.

Daniel est bien entouré : d'amis et de sa psy.
Il évolue dans la première partie jusqu'au moment où il commence à trouver des réponses et ce qu'il cherche.
La première partie peut paraître bizarre, intrigante. Il faut lire en entier le roman pour se rendre compte de l'ampleur de ce que l'auteur veut nous faire passer.
La deuxième partie du récit se décompose en deux parties.
Le début de cette dernière est beau, romanesque, troublant  par le fait d'être dans la tête d'un homme et d'avoir accès à ses émotions. Ce sentiment troublant est la dominante du roman. Daniel est encore plus touchant et la fin du coup est encore plus forte en émotions grâce à cette narration.

Un roman original, être dans ma tête d'un homme et le voir se mettre à nu de cette façon est un moment beau et rare en lecture : le côté émotionnel s’accroît au fil des pages.


mercredi 13 janvier 2016

La chute tome 4 Twiny B


Merci à Nisha éditions de cette belle lecture.



Un quatrième tome avec des rebondissements, des révélations et une Prune qui s'adoucit tout en gardant son côté sauvage.

Un tome bien rempli, les choses bougent pour Adam et pour Prune, pour eux ensemble et pour leur vie personnelle. Ils commencent à affronter leur passé. Rien n'est simple.

Prune est attendrissante en rebelle, tendre. On sent la carapace s'affaiblir.
Adam a encore beaucoup de choses à régler, il est aussi dans la bonne voix.

J'ai hâte de lire le prochain tome et de découvrir comment Adam et Prune vont recoller les morceaux et s'ils vont y arriver .


Pour une meilleure vie Frédérique Arnould


Merci à Angel éditions de cette belle découverte.


Dans un monde régi par une classe de nantis, les pauvres tentent de survivre à une politique d’oppression.

Après la mort de son père, Émie, une fille de la classe inférieure, va tout perdre en se retrouvant propulsée dans ce monde de privilégiés qu’elle déteste plus que tout.

Grâce à une rencontre, elle va surmonter sa haine. Elle va apprendre à évoluer dans ce monde hostile, tout en déjouant les manipulations dont elle est constamment la cible, et découvrir son don.



Avec ce roman , j'ai découvert une autre facette de la plume de Frédérique Arnould. On la découvre ici dans une dystopie.

J'ai beaucoup apprécié l'opposition entre les pauvres et les nantis : entre un monde moyenâgeux et un moderne et riche, deux cultures. Emie se retrouve au milieu des deux : née chez les pauvres, à la mort de son père, elle va devoir aller vivre chez les nantis. Elle n'oublie pas d'où elle vient ni ce que font subir les nantis à la classe pauvre.
Ce roman est un combat pour ses valeurs, pour elle-même, pour sa famille et aussi pour l'amour.

Il y a un côté Katnisss dans le caractères d'Emie, c'est très agréable. La comparaison s'arrête là, le reste n'a rien à voir avec Hunger Games.

La plume de Frédérique Arnould est envoûtante. Le roman se lit très vite tant on est pris dans l'histoire, tant on a envie de savoir comment Emie va pouvoir faire bouger les choses.

Un roman dosant savamment le côté dystopique, la romance et l'action, j'ai hâte de découvrir la suite.
Un excellente dystopie avec un côté magique, à découvrir pour les amateurs du genre.

mardi 12 janvier 2016

Parades Pascal Malosse


Merci à Julie Derussy de cette lecture.

Un étudiant qui suit une beauté blonde à travers les rues de Moscou, deux Polonaises enlacées lors d’une soirée en pleine forêt, un kimono glissant pour révéler une nudité parfaite... De New York à Berlin, les corps se cherchent, s’exhibent et s’abandonnent à la passion.
Onze nouvelles sensuelles et torrides qui explorent le monde et les fantasmes.


Des nouvelles sensuelles, pleines de volupté.

L'auteur a l'art de la mise en scènes , du dépaysement, de la suggestivité.
L'érotisme est plus suggéré que décrit ici.

L'atmosphère des récits est emprunt de sensualité, de non-dits subjectifs et d’exotisme. Pascal Malosse  joue avec l'imaginaire du lecteur.

Tout est dans la suggestion , c'est doux et poétique.

L'amour en G Alexandra Lanoix


Merci aux éditions Anyway de cette découverte.

A Londres, lors d’une soirée chez sa meilleure amie, Stéphanie a un véritable coup de foudre pour le beau James, un mannequin gay. Il est difficile de croire qu’une histoire d’amour pourrait nitre entre eux, et pourtant…
Pour essayer de vivre de sa passion, la musique, elle va devoir composer avec Greg, un chanteur sur le déclin qui veut revenir sur le devant de la scène. Charmé dès leur rencontre par Stéphanie, il fera tout pour la conquérir et perturber ainsi la vie amoureuse et chaotique de la jeune femme.
Un triangle amoureux qui vous transportera sur un fond de musique jazzy.


Une romance originale par ses thèmes et la façon d'aborder la romance, très proche de la réalité et sans fioriture.

Le roman touche à l'amour avec un grand A, sans genre j'ai envie de dire dans la première partie. J'aime beaucoup cette philosophie énoncée ici dans le roman : quand on est amoureux, c'est d'une personne et non de son genre.
Le début du roman exploite cet aspect sans le creuser (ce n'est pas un point négatif car le but du roman n'est pas là). J'ai bien aimé cet état d'esprit.

J'ai eu beaucoup de mal avec James et j'ai encore du mal avec lui même ayant terminé le roman. Je ne l'ai pas trouvé franc ni avec Steph ni avec lui-même. J'ai ressenti une certaine hypocrisie de sa part, de l'égoïsme aussi.
Steph travaille pour relancer la carrière de chanteur de Greg. J'ai beaucoup apprécié Greg au départ mais au fil des pages je suis devenue dubitative. On lui découvre un côté égoïste, possessif qui m'a parfois gêné.

Tous ces points donnent à la romance une tonalité originale, sans romanesques à outrance, sans fioriture qui rendent le récit très réaliste. J'ai beaucoup aimé. Rien n'est jamais gagné, rien n'est tout beau, tout rose.
On ne passe pas par de grands moments difficiles (il y en a mais ils sont "naturels") puis le bonheur et vice-versa. Ici, les choses s'équilibrent tout au long du récit.C'est très agréable.

Une romance originale et réaliste, à découvrir.


lundi 11 janvier 2016

C'est Lundi. Que lisez-vous ? (181)



Cette semaine, j'ai fini :


Une excellente lecture.

J'ai fini d'écouter :

J'ai adoré.

Puis, j'ai lu :


Un coeur pour un très beau roman, original.
Le tome 3 de la guerrière d'Argalone me laisse sur une impression mitigée.
Si c'était la fin du monde, un thème survolé.
Rebels une excellente dystopie.

Et j'ai lu :

Et j'ai écouté :


Très déçue par cette écoute, c'est lu sans aucune émotion.

Ma lecture en cours :


Et j'écoute :


Mes prévisions : l'ordre est aléatoire.



Et vous, que lisez-vous ?