mardi 6 décembre 2016

A nous deux Manhattan Judith Krantz



Merci à LP conseils et aux éditions l'Archipel de cette belle lecture.

Effrontée, immorale et belle jusqu’à l’indécence, Maximilienne Amberville, dite Maxi, découvre à vingt-neuf ans que son aptitude à saisir tous les plaisirs de la vie n’a d’égale que son ardeur au travail. Justement, l’empire de presse fondé par son père adulé, récemment disparu, menace de s’écrouler. Et l’artisan de cette ruine programmée n’est autre que son oncle, Cutter Amberville, l’homme des menées obscures... Maxi décide de se lancer dans une entreprise risquée : faire revivre le premier journal lancé par son père. Elle a tout à apprendre du métier, mais son flair et son enthousiasme lui attirent des soutiens providentiels. Pourtant, sans l’aide de son premier mari, graphiste génial, elle a peu de chances de réussir. Après des années d’amour et d’incompréhension, les amants terribles sauront-ils enfin se parler ? Une fresque sur le pouvoir et la trahison, l’obsession érotique et l’amour vrai.


Un roman, une saga familiale, un héritage, un personnage Maxi, ce livre est tout cela et plus encore.

Maxi, riche héritière, 29 ans, trois fois mariée et divorcée est une jeune femme pleine de sagacité, volubile, insouciante, qui profite de la vie sans se soucier du lendemain. Quand son oncle Cutter prend la décision d'arrêter la publication de certaines revues créées par son père, Maxi réagit et veut sauver au moins l'un d'entre elle pour le souvenir de son père . Maxi fonce tête baissée sans rien connaître de l'édition, ni de la revue concernée.

A travers ce roman, l'auteur nous propose l'évolution d'une jeune femme insouciante vers la femme mûre qui s'est faire face et prendre des responsabilités. Tout ceci ne se fait pas sans heurt et les manigances de son oncle n'aident pas Maxi : va-t-elle réussir son pari fou ?
L'auteur nous propose aussi à certains moments de découvrir les changements qui s'opèrent chez Maxi à travers les yeux de sa fille Angélica. C'est plein d'ironie et j'ai souvent souri en lisant tout le bon sens qui ressort de l'analyse d'Angélica. De plus, au début du roman Angélica est plus mature que sa mère et mieux informer sur le monde de la presse. Cette pointe d'humour allège le récit de manière fort agréable.

A côté de Maxi, il y a toute l'histoire de la famille d'Amberville avec ses secrets, ses rivalités. Dans la première moitié du roman , le récit alterne passé présent. J'ai trouvé parfois ces passages un peu long ayant envie de découvrir comment Maxi allait s'en sortir. Ces moments du passé sont nécessaire pour bien comprendre  la fin et le comportement de la mère de Maxi, Lily.
La seconde partie est uniquement sur le présent. Cette partie est haletante, prenante, les pages défilent toutes seules. Voir Maxi évoluer, se battre, se débattre avec les difficultés est passionnant.

Une petite précision sur ce roman, la première publication date de 1986. Je l'ai lu dans les années 90. J'en gardais une excellente impression ainsi que des autres romans de l'auteur. C'est pourquoi lorsque je l'ai vu dans le planning des parutions de l'automne de chez l'Archipel, j'ai décidé de le demander. Je n'aime pas trop relire un roman mais la quatrième de couverture m'évoquait peu de choses et j'avais envie de retrouver la plume de l'auteur.
Mes impressions sur cette deuxième lecture confirment mon souvenir d'une plume très agréable et prenante. Je me suis pris au jeu et je voulais savoir comment Maxi allait s'en sortir, quelques grandes lignes de l’histoire me sont revenues au fil de ma lecture, elles n'ont en rien gâcher ma lecture. Je suis ravie d'avoir pu relire ce roman.

En résumé: Une longue chronique pour un petit pavé, qui en fait est une relecture pour moi, j'étais très curieuse de découvrir si je retrouvais les mêmes sensations que lors de ma première lecture il y a deux décennies. J'ai retrouvé  tout ce qui m'avait plus dans la plume de Judith Krantz  et dans son histoire.
Un roman, une saga familiale avec ses secrets, ses rivalités et surtout un Personnage Maxi , oui avec un P majuscule , Maxi est vraiment quelqu'un! et la voir évoluer est un plaisir.
Je vous conseille ce roman et les autres de l'auteur (mon préféré est Princesse Daisy).


NB: Pour l'anecdote (et l'actualité), le roman a été publié la première fois en 1986 pour rappel.  Maxi habite la Tour Trump et Donald Trump apparaît dans une scène.

6 commentaires:

  1. Ah mince, j'avais hésité à le demander et je vois que je me suis trompée ! Je vais rendre une petite visite à mon libraire demain je pense... Merci pour cet avis !

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup ton avis et la couverture! =)

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette découverte! Ce livre me semble vraiment pas mal!

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien, voilà un avis extrêmement complet ma belle et même si ce n'est pas forcément mon style, je me laisserai bien tenter !

    RépondreSupprimer
  5. mouais... ça a l'air pas mal du tout mais j'ai peur que ce ne soit pas trop pour moi...
    je le note tout de meme, je verrai...

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!