lundi 20 juin 2016

La Maison du Cap Françoise Bourdon


Merci à Babelio et aux éditions Terres de France de cette belle lecture.

Entre le pays du Buech (en bordure du bassin d'Arcachon), Bordeaux, le Cap Ferret. Le roman débute en 1849, avec Léonie, fille de simple résinier, puis avec sa fille Margot qui tiendra une pension de famille à Arcachon. Viendront Charlotte, passionnée de peinture et de photographie ; Dorothée, infirmière et aviatrice, qui mènera une vie des plus aventureuses jusqu'en Afrique ; enfin Violette, née en 1921, qui participera activement à la Résistance. 
De génération en génération, ces femmes luttent à leur façon contre la misère et les préjugés. Sans peur du scandale et du qu'en-dira-t-on, certaines vont vivre des amours parfois hors norme pour l'époque. Outre ces destins passionnés, Françoise Bourdon livre un tableau captivant du bassin d'Arcachon en évoquant gestes, traditions, et histoire : l'univers des résiniers et des ostréiculteurs, l'émergence de la médecine hygiéniste, la Ville d'Hiver, l'aviation mais aussi l'atmosphère touristique et artistique. 
Au gré de ses occupants et des tourments de l'histoire, la Maison du Cap demeurera un point fixe pour toutes ces héroïnes. Tour à tour elle deviendra une pension-hôtel, un havre de création pour artistes dans une ambiance cosmopolite, mais aussi, lors de la Seconde Guerre mondiale, un lieu actif de la Résistance... 

Un roman intergénérationnel sur des femmes au caractère indépendant.

Françoise Bourdon nous propose comme décor le bassin d'Arcachon, son évolution à travers ces années de grands changements techniques et aussi des mœurs  de la fin du XIXè siécle jusqu'à l'après guerre de la seconde guerre mondiale.

On découvre des femmes aux caractères forts, déterminés, des traits qui se transmettent de mère en fille. A chaque nouvelles génération , leur détermination est de plus en plus forte pour être indépendante, pour vivre leurs rêves mais pas sans embûches.

La première est Léonie, qui vivra toujours de peu, tout en démontrant une farouche détermination à ne pas baisser les bras.
Margot, sa fille rêve de s'élever socialement. Elle est peut-être de toutes ces femmes la plus indépendante, la plus têtue.
Charlotte, fille naturelle de Margot, aura du mal avec son statut de bâtarde, elle aussi veut vivre selon ses propres choix.
Dorothée incarne à elle seule cette soif d'indépendante , d'égalité avec les hommes. Elle va profiter de l’évolution des mœurs.
Vient ensuite Violette, elle aura moins à se battre pour un statut social. Elle reste déterminée dans sa vie privée.

Un très beau roman, montrant l'évolution d'une région , du statut des femmes à travers ce début et milieu de XXè siècle.


4 commentaires:

  1. Bon malheureusement, je ne suis pas tentée plus que ça !

    RépondreSupprimer
  2. Peut-être une histoire sympa, je ne sais pas si je me laisserais tenter.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai jamais lu de livres de cette auteure mais il est certain que ça ne sera pas par ce livre. Merci quand même pour ton avis.

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!