vendredi 11 mars 2016

Violence à l'origine Martin Michaud


Merci aux éditions Kennes de cette lecture.

Avec Violence à l'origine, son nouveau roman qui met en scène la quatrième enquête de l'inspecteur Victor Lessard, Martin Michaud prouve qu'il a l'étoffe des grands auteurs de polars. Responsable de la section des crimes majeurs en l'absence de son supérieur, le sergent-détective Victor Lessard se voit confier la mission d'enquêter sur la mort d'un haut gradé du SPVM dont on a retrouvé la tête dans un conteneur à déchets. Formé du jeune Loïc Blouin-Dubois, de l'inimitable Jacinthe Taillon et de Nadja Fernandez, avec qui Victor partage sa vie, le groupe d'enquête qu'il dirige doit faire vite, car l'assassin a laissé un message qui annonce de nouvelles victimes. Confronté à un tueur particulièrement retors, qui peint de lugubres graffitis sur le lieu de ses meurtres et évoque un curieux personnage surnommé le "père Noël", pressé d'obtenir des résultats rapides par sa hiérarchie sans pour autant recevoir l'appui nécessaire, Victor Lessard s'entête envers et contre tout à résoudre "l'affaire du Graffiteur", dédale inextricable d'une noirceur absolue qui ravivera les meurtrissures de son âme, ébranlera ses convictions les plus profondes et le mènera au bord du gouffre.

Martin Michaud sait nous surprendre à chaque nouveau roman.

Ici, on découvre une construction narrative particulière. On entame notre lecture par le chapitre 48 et le début du 49. Ce dernier est inséré par morceaux dans le roman.
Cette manière de faire est troublante et donne un effet flash-back très particulier.L'auteur joue avec son lecteur.
 De plus, l'auteur s'appuie sur des événements des précédents romans.

Autour d'un tueur en série aux méthodes bien particulières, Martin Michaud nous offre une intrigue palpitante, complexe.
Sa plume est efficace, prenante. Le roman se lit très vite.

On retrouve Victor. On le découvre sans un nouvel angle avec sa noirceur. Il se replonge ici dans les moments sombres de son passé. A ses côtés, toujours Jacinthe, cette enquêtrice au franc parlé, à l'humour décalé, elle donne un ton de légèreté à ce roman noir. Elle nous permet de souffler quelques instants.

Martin Michaud nous propose encore une fois un roman où la tension monte au fil des pages. Il nous prend dans ses filets et ne nous laisse pas le temps de souffler.

A chaque roman de l'auteur, je suis étonnée par sa faculté à nous décrire des intrigues plus complexes, les unes que les autres et nous amener à découvrir un autre trait de caractère de son personnage principal.


4 commentaires:

  1. c'est toujours intéressant de voir les différentes facettes d'un personnage

    RépondreSupprimer
  2. Voilà un avis extrêmement tentant, merci beaucoup pour la découverte ma belle !

    RépondreSupprimer
  3. Tentant! Mais faut-il avoir lu les autres tomes avant?

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!