samedi 12 septembre 2015

Hate List Jennifer Brown


Lu dans le cadre de notre challenge avec Cookies : Je t'aide à vider ta pal.

C'est elle qui a eu l'idée de la liste, mais elle n'a jamais voulu que quelqu'un meure. Valérie est effondrée après le drame survenu à son lycée. Son petit ami Nick a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu'ils avaient écrite pour s'amuser, et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants. Puis, Nick s'est suicidé. Mais Valérie, elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses. Jusqu'au matin où elle se lève, et quitte sa chambre pour retourner au lycée.


Une chronique difficile à écrire.

Après avoir lu de nombreux avis très enthousiastes sur ce roman, je m'attendais à une lecture prenante, touchante : je suis déçue (j'en attendais peut-être de trop).

J'ai trouvé le roman assez plat. Il a du potentiel mais l'auteur n'exploite pas les émotions. Son héroïne Val est fade. Elle s’apitoie, ressasse tout au long du roman sans vraiment avancer jusqu'au déclic final où là elle se reprend.
Val me laisse perplexe, on a l'impression qu'elle vit tout ça de loin. En plus, ses parents ne font rien pour l'aider, pour la comprendre. Ils ne pensent qu'à eux , qu’aux conséquences pour eux . On a l'impression qu'ils ne réalisent pas la gravité des événements et les répercussions sur Val.

La narration est une alternance passé-présent-passé et par moments je me suis sentie perdue sans savoir à quelle période on était.

Voilà, un roman que j'avais très envie découvrir, je m'attendais à ressentir des émotions fortes, dures : eh bien non ! A part la fin, qui m'a touchée, tout le reste est très plat. Je ne suis pas arrivée à m’imprégner de l'ambiance du roman , du malaise de Val.




vendredi 11 septembre 2015

Zone Chroniques d'un dernier jour Tome 1 Steeve Hourdé


Merci à l'auteur de cette découverte.

Septembre 2009, Ullapool, 6 morts. Octobre 2011, Mer du Nord, 38 morts. Août 2013, Skägen, 72 morts. 8 Septembre 2015, Folkestone. Les troupes du Major Kieran Wallace prennent position. Personne n'entre, personne ne sort. Zone est un thriller sombre construit sous la forme d'un huis-clos à la mécanique implacable, dans lequel un ensemble de personnage sera confronté à une catastrophe terrifiante.Un seul choix: survivre.Une seule question: comment? OSEREZ-VOUS PÉNÉTRER DANS LA ZONE?


Waouh! Quel roman! Une tension extrême, un côté addictif, une horreur sans nom ! Voilà ce que nous propose Steeve Hourdé dans ce premier opus.

Ce roman a un côté Alien (le film). Les scènes montent crescendo dans  dans l'horreur. On n'a pas le temps de souffler, c'est trépidant. On frissonne, on a des hauts le coeur . Il faut avoir l'estomac bien accroché.

Je ne lis pas beaucoup de roman horrifique, j'aime bien de temps à autre. Eh bien, ici j'ai été gâtée côté horreur. On est devant des monstres infâmes. L'auteur nous propose en plus des personnages auxquelles on s'attache tous différents. On a peur pour eux. Et pourtant au départ, ils sont nombreux, il n'est pas facile de s'y retrouver. Comme chaque personnage ou presque a sa spécificité , on finit par bien les distinguer et les apprécier. L'auteur à travers eux nous montre toute la complexité de la conscience humaine, de la réaction des hommes face au danger. On comprend que chacun en état de stress maximal réagit à sa façon pour sauver sa peau et que parfois ils peuvent disjoncter et il y a de quoi.


Si vous voulez frissonner, si vous aimez l'horreur, alors n'hésitez pas. Steeve Hourdé nous a concocté ici un roman horrifique prenant par son action , son côté psychologique fort (comment réagirions face au danger)

A bientôt pour le tome 2.

Publicité pour adultes tome 1 épisode 3


Merci aux éditions Artalys de cette lecture.

Derrière le décor brillant de l’agence de publicité Russell & Buzz, l’atmosphère devient de plus en plus irrespirable, par le fait des luttes de pouvoir dont Ian est l’enjeu. Le rideau se lève et le jeune DRH n’est plus disposé à jouer le rôle qu’on lui impose. Et sur ce fond de conflits, un drame sentimental se met en place.  Ian se retrouve acculé à un choix décisif : l’amour ou sa carrière professionnelle ?
Quels sont les liens entre les différents acteurs ? Et quelles vérités taisent Ian et Terry ?


Un épisode bien différent des précédents : fini la débauche, commence quelque chose de plus posé.

L'intrigue tourne autour de l'agence, du plan de licenciement et de la vie privée de Ian. De nouveaux éléments sur cette dernière se dessinent et nous mettent l'eau à la bouche pour les prochains épisodes. En cela, la fin est une torture, j'ai hâte de savoir.

Un troisième opus, plus rythmé, sans débauche , la romance tend vers une relation sérieuse. Ian et Terry se rapprochent mais les difficultés liés à leur famille sont là.
 L'auteur laisse planer une bonne part de mystère autour de ses deux personnages principaux : leur passé mais aussi leur avenir professionnel .

Un troisième épisode , plus calme côté festif, c'est le côté vie professionnelle qui est le plus développé ici , et un début de développement sur la vie privée et sur les familles de Ian et Terry . Sur ce dernier point , l'auteur nous met l'eau à la bouche et nous laisser sur notre faim.

jeudi 10 septembre 2015

Si c'est un homme Primo Levi lu par Raphaël Enthoven


Merci aux éditions Audiolib de cette écoute.

Parution le 9 septembre 2015
Pour la première fois en livre audio en France en 2015, à l’occasion des 70 ans de la libération des camps de concentration.
PRIMO LEVI
Si c’est un homme
Texte intégral lu par Raphaël Enthoven
Traduit de l’italien par Martine Schruoffeneger
Suivi d’un entretien inédit d’une heure avec Raphaël Enthoven
et de l’interview de Primo Levi par Philip Roth lue par Benoît Peeters
Peut-on penser la plus extrême barbarie ? Oui, répond Primo Lévi, dans ce livre qui restaure l’humanité au lieu même où elle s’anéantit.
Durant la Seconde Guerre mondiale, Primo Levi, vingt-quatre ans, juif, lutte aux côtés des maquisards antifascistes du Piémont. Capturé en 1943, il se retrouve peu après à Auschwitz, où il demeurera plus d’un an avant d’être libéré par l’armée
russe en janvier 1945.
Au camp, il observe tout. Il se souviendra de tout, racontera tout.
Et pourtant, dans ce récit, la dignité la plus impressionnante ; aucune haine, aucun excès, aucune exploitation des souffrances personnelles, mais une réflexion morale sur la douleur, sublimée en une vision de la vie.
Paru en 1946, Si c’est un homme est considéré comme un des livres les plus importants du XXe siècle.
Raphaël Enthoven est professeur de philosophie sur France-Culture et sur ARTE. Son travail consiste essentiellement à en parler avec simplicité, mais sans jamais la simplifier.

Parce qu’il est familier des grands textes philosophiques, Raphaël Enthoven résout avec sobriété et talent la difficile équation que pose le texte de Primo Levi : comment nommer l’innommable ? 


Ce récit est un témoignage, l'histoire de Primo Levi durant les un an qu'il a passé au camp d'Auschwitz .

Ici, le texte est lu par Raphaël Enthoven .
J'ai beaucoup apprécié sa façon d'aborder le texte en toute simplicité. Son ton change suivant les passages descriptifs, énumératifs et ceux plus émouvant où le texte est plus proche du roman avec les anecdotes, les histoires du camp. On a une alternance de petites énumérations et de moments plus vivants.

Le récit nous fait ressentir les petits riens qui peuvent au jour le jour améliorer le quotidien et permettre de suvivre une journée de plus dans ce camp démuni de tout.
Primo Levi fait plus qu'un témoignage , il analyse l'évolution de l'humain dans des conditions inimaginables : la limite entre l’humanité et la bestialité.  Tout est décrit sur un ton neutre, juste une analyse de la situation et pourtant on est horrifié, écœuré devant tant d'humiliation. Primo Levi décrit les événements  en réfléchissant sur sa condition d'homme, sa déshumanisation.
 Raphaël Enthoven parvient très bien à faire ressortir ce ton analytique. Le texte a grâce à cette lecture encore plus d'impacts, je pense. et est plus facile à appréhender.

A la fin du récit, sur cet audiolivre, un interview de Primo Levi par Philp Roth nous en apprend plus sur l'homme, sa vie après les camps. C'est très intéressant.



Plus tard ce sera mieux Louise Oppelin


Merci à l'auteur de cette lecture.

Rejetée à la naissance par une mère qui souhaitait avoir un fils, je me suis forgé une carapace protectrice, pour évoluer, tant que possible, comme les autres personnes. Souffrant de prosopagnosie et incapable de déchiffrer les codes sociaux, j’ai dû faire face à diverses situations plus absurdes les unes que les autres. Élevée par des parents communistes et athées, dans mon éducation seules la culture et la réflexion étaient autorisées sans modération. Mon père, à la fois alcoolique et mélomane, inventait toutes sortes d’objets, en écoutant en boucle les mêmes vinyles. Parfois drôle mais souvent imprévisible, ma mère l’évitait en nous conduisant, mes soeurs et moi, régulièrement, tard le soir, au cinéma.


Lorsque l'auteur m'a proposé son livre, j'ai beaucoup hésité. Je n'aime pas trop les témoignages, les autobiographies mais le thème de celle ci m'intriguait.

On découvre une histoire difficile , d'une enfant rejeté par sa famille à cause de sa différence, d'une enfant que ses proches n'essaient pas de comprendre.
L'auteur nous décrit tous les soucis qu'elle e eu pendant son enfance et adolescence à s'intégrer, à comprendre les relations entre les gens. On se retrouve avec des situations absurdes, difficiles qui dans un autre contexte pourraient paraître cocasses. Ici , ce n'est pas du tout le cas , on ressent la détresse d'une enfant incomprise que personne n'essaie d'aider .

Cette autobiographie est grave, lourde de sens devant ce qui est parfois une réaction face à ceux qui sont différents . Un témoignage réaliste écrit sans pudeur, difficile d'admettre que des parents puissent ne pas chercher à comprendre le mal-être de leur fille .

mercredi 9 septembre 2015

Roi de pique Kat Spears


Merci aux éditions Nathan de cette lecture.

Dans un James Bond, Jesse serait James. Sauf qu'il a 17 ans et qu'il ne résout pas les problèmes du monde, seulement ceux de ses camarades et du personnel du lycée. Besoin d'alcool pour une soirée ? De faire virer un élève ? D'éloigner un beau-père trop collant ? Jesse peut tout arranger. Ses combines sont habiles et il a la manipulation facile. Mais lorsque Ken, quarterback populaire du lycée, lui demande de lui arranger un rendez-vous avec une dénommée Bridget, une faille apparaît dans sa machine bien huilée. Parce que Jesse tombe immédiatement amoureux de Bridget. Pour lui, " busines is business ", et surtout, s'attacher c'est se fragiliser. Mais jusqu'où ira sa résistance aux sentiments ?


Un roman jeunesse avec une histoire à la fois banale et forte.

Le gros dur, le magouilleur du lycée Jesse va au fil des pages changer au contact de Pete et sa sœur Bridget.
Un roman sur l'image de soi, l'image que l'on renvoie et celle que l'on veut donner.
L'auteur nous fait passer un message à travers Pete "le garçon en situation de handicap" et à travers Jesse le businessman sans coeur.

J'ai eu un peu de mal à renter dans le roman . A partir de la rentrée en scène de Brigdet , j'ai dévoré le roman. Là, on découvre peu à peu le vrai Jesse, celui qui se cache derrière l'image de gros dur et on a envie de voir ce qu'il cache sous cette carapace.

La plume de l'auteur est prenante. Elle nous donne envie d'en savoir plus alors que l'histoire est assez banale.

Un joli roman sur les adolescents. Un bon moment de lecture.


mardi 8 septembre 2015

Fixed on you tome 1 Quand la passion terrasse les démons Laurelin Paige


Merci aux éditions Hugo Roman de cette belle lecture.

Récemment diplômée, Alayna décide de laisser derrière elle son passé et ses relations passionnées destructrices pour se concentrer sur son travail dans un club branché new-yorkais. Le projet était parfait, mais c'était sans compter Hudson Pierce, le nouveau propriétaire du club... Un homme outrageusement beau et riche, le genre qu'Alayna s'était juré d'éviter pour continuer à contrôler ses penchants amoureux obsessionnels... C'est alors que Hudson fait à Alayna une étrange proposition qu'elle ne peut refuser... Non seulement elle ne peut plus l'éviter, mais elle est séduite par son univers et ne peut pas résister à son magnétisme envoûtant. Lorsque qu'elle découvre la sombre histoire personnelle de Hudson, elle réalise, trop tard, qu'il est le pire homme avec qui elle pouvait nouer une relation. À moins qu'ils parviennent ensemble, au-delà de leur attraction physique, à guérir de leurs blessures passées et trouver l'amour...

J'ai du mal à mettre des mots sur mon ressenti. Ce livre est à la fois du déjà vu et il a quelque chose de novateur.

En effet, le début est un récit assez classique : la rencontre de Laynie serveuse et le riche homme d'affaires Hudson. Du coup, le début du roman m'a laissé un peu septique en me disant c'est pas mal mais rien de transcendant. Puis au fil des pages, les deux personnages se dévoilent peu à peu (doucement).
Dans un premier temps, on comprend mieux les réactions parfois bizarres de Laynie. Hudson lui reste mystérieux quasiment jusqu'à la fin. L'auteur nous donne sur lui que des brides d'informations. Elle nous rend curieux de ce qui se cache derrière la carapace de Hudson.

L'auteur nous amène donc tout doucement mais sûrement à apprécier ses personnages et son intrigue.
En ayant maintenant terminé, je me rend compte que j'ai passé un très bon moment avec ce récit et j'ai hâte de découvrir la suite de l'histoire de Laynie et Hudson et découvrir comment ils vont apprendre à construire quelque chose ensemble.

Voilà, cette lecture a commencé doucement avec une histoire "banale", finit sur une très bonne impression avec un récit entre deux êtres dont les "casseroles" ne font pas banales.

lundi 7 septembre 2015

C'est Lundi. Que lisez-vous ? (164)


Cette semaine , j'ai fini :

Un bon roman , une histoire un peu longue à mettre avant son petit côté novateur.

Puis , j'ai lu :


Publicité pour adultes, un nouvel épisode différent des précédents : plus de débauche.
Hate List : un roman que j'ai trouvé assez plat.
Il était une fois tome 3, un tome qui m'a un peu moins plus que les précédents
Incandescent encore de belles émotions dans ce second tome.
Plus tard ce sera mieux , un roman sur un thème difficile.

J'ai lu aussi :

 Un roman horrifique prenant et terrible.

Ma lecture en cours :


Ma lecture pour le challenge Une lettre , un auteur .

Soit 1958 pages .

1680/8000 pages


Mes prévisions : l'ordre est aléatoire

Cette semaine , c'est Marathon Dystopie/SF
J'ai choisi pour ce challenge 3 romans :


C'est aussi Marathon libre avec le groupe à Vos Pals , mon objectif est 2000 pages.
Je voudrais lire aussi qui n'est pas de la dystopie.


Tout ceci fait environ 1850 pages , je verrais suivant mes envies du moment quel roman je lirai en plus.

Et vous que lisez-vous ?


dimanche 6 septembre 2015

Sur le blog cette semaine (21)


Rendez-vous du dimanche, récapitulatif des articles parus cette semaine, sur le blog.
Sur une idée des blogs Les lectures de Lily et Sariahlit.

Cliquez sur les images pour aller à la page de l’article.



Mon C'est Lundi. Que lisez-vous ? :



Ma Palm de septembre :



Ma chronique de Portège moi Slow Burn saison 1 de Maya Banks :



Mon Bilan livresque d'Août :



Ma chronique de Ne regarde pas de Michelle Gagnon :



Ma chronique des Agendas à colorier 2015 de Hugo Image :



Ma chronique de Derrière la haine de Barbara Abel :



Ma chronique de Une chanson douce de Mary Higgins Clark :



Ma chronique de Le Maître de Jet de Marie Laurent :


Ma chronique de Seulement pour lui de Heidi Cullinan et Marie Sexton :



Mon IMM qui déborde :




Coloriage issu du livre In Full Bloom de la série Créative Haven .

Les nouveautés de ma Pal (162)


Cette semaine, ont rejoint ma Pal :

Un grand arrivage, j'ai profité de l'offre Bragelone/MIlady des ebooks gratuits dimanche dernier  et des offres pour la journée de la SFF, plus des SP, des ebooks gratuits ou à tout petits prix, des gains concours, ,un troc.